ARGUMENTATION

Publié le par cdflscej.over-blog.com

FICHE : L’ARGUMENTATION SOUS TOUTES SES FACETTES

 

PRELEMINAIRES

But de toute situation d’argumentation : emporter l’adhésion du destinataire sur le point de vue que l’on défend.

Moyens de l’argumentation : développement d’une thèse + divers procédés (convaincre en logique et persuader en référence aux émotions).

 

ANALYSE D’UNE SITUATION D’ARGUMENTATION

1)       Identifier émetteur et destinataire. NOTA : l’émetteur adapte son message à son destinataire pour être sûr de l’atteindre.

2)       Déterminer / Exposer l’enjeu de l’argumentation : la thèse défendue.

 

ANALYSE DE LA THESE

1)       La situer dans le texte (elle peut se développer à plusieurs endroits dans le texte).

2)       Isoler les arguments qui la font valoir.

3)       Isoler les exemples / illustrations qui la concrétisent.

 

4)       Situer les endroits où la thèse est réfutée (évocation de la thèse adverse). Noter si la réfutation est implicite ou explicite.

5)       Isoler les contre-arguments pour contrer la thèse adverse.

6)       Isoler les contre-exemples.

 

DIFFERENTES ARGUMENATIONS (STRATEGIES ARGUMENTATIVES) SELON LE DESTINATAIRE

1)       La logique : réflexion, raisonnement. Le discours est impartial, objectif, le lexique est précis, usage de connecteurs logiques pour structurer le raisonnement.

2)       L’attaque : opposition nette et explicite avec la thèse adverse. Utilisation de l’ironie, texte satirique, caricatural, termes dévalorisants, exagérations, apostrophes.

3)       L’appel aux sentiments : sensibilité et émotions du destinataire. Vocabulaire affectif, marques de la subjectivité, modalisations, interpellations.

4)       L’humour : complicité avec le destinataire. Jeux de mots (sons et sens), répétitions, paradoxes, allusions.

5)       L’éloquence : séduction du destinataire par la beauté du discours. Amplifications, rythmes des phrases, figures de style (hyperboles, personnifications, métaphores…)

 

DETAILS

 

CONVAINCRE : les ressources de la démonstration

Démontrer signifie tendre à l’établissement d’une vérité vérifiable et reconnue par tous, grâce à un raisonnement.

-          Raisonnement déductif : tirer les conséquences d’une vérité générale

-          Raisonnement inductif : dégagement d’une vérité générale à partir de faits concrets, d’expérience.

 

 Le raisonnement fait appel à des arguments :

1)       Recours aux faits : faits d’expérience, vécus.

2)       Arguments d’autorité : culture partagée.

3)       Arguments de valeur : valeurs partagées par tous.

 

PERSUADER : les ressources de la séduction, des sentiments et des émotions. Moyens de l’éloquence (art d’organiser et d’orner son discours pour le rendre beau).

1)       Fort usage des pronoms (JE / TU ; NOUS / VOUS – NOTA : ON)

2)       L’interpellation directe

3)       Le lexique (vocabulaire, niveaux de langue), les figures de style (surtout celle qui permettent de créer des images) et le rythme des phrases (inclus : les figures de style concernant les types de répétitions et d’oppositions)

 


 

COMPLEMENTS : L’ELOGE ET LE BLAME

 

L’éloge permet de vanter ou de célébrer des mérites, des qualités. Le blâme est une condamnation des défauts, il est un reproche.

Eloge et blâme supposent une implication explicite et affirmée de l’émetteur : il prend partie sans s’en cacher. Il donne son point de vue et le soutient avec énergie et conviction.

 

PROCEDES

1)       Modalisations de certitudes.

2)       Pronoms JE / TU ; NOUS / VOUS.

3)       Termes affectifs.

4)       Termes évaluatifs.

5)       Termes ou expressions laudatives ou dépréciatives.

6)       Désignation d’une troisième personne (objet de l’éloge ou du blâme).

7)       Partage de valeurs communes avec le destinataire (valeurs de référence).

 

FORMES

 

L’ELOGE

LE BLAME

Le plaidoyer : défense. Apologie.

L’oraison funèbre

Le discours officiel

La critique laudative : compte-rendu élogieux

Le réquisitoire : accusation, attaque

La satire : moquerie, ridicule. Morale. Humour.

Le pamphlet : court et violent. Indignation.

La critique polémique : compte-rendu polémique. Faire réagir.

 

 

<><><><><><><><><><><><><><><><><> 

 

 

HISTOIRE LITTERAIRE

Origines de l’argumentation : Antiquité (la Grèce et Rome). Aristote (philosophe de l’Antiquité) énonce les règles de la rhétorique (comment faire de « bons » discours). Tout le Moyen Age met à l’honneur l’art oratoire. Tout passe par la parole, la maîtrise de la parole est essentielle. Aux XVII et XVIIIème siècles, diversification des ressources de l’argumentation. L’art oratoire entre en concurrence avec la satire, le pamphlet, l’essai, le conte philosophique… Développement de l’ironie qui devient une arme intellectuelle redoutable. Aux XIX et XXème siècles la presse se développe et entraîne une multiplication de débats, avec des prises de positions vigoureuses et polémiques. Aux XX et XXIème siècles la société de consommation voit apparaître un nouvel objet d’argumentation : le marketing par la publicité. Les arts visuels se mêlent à l’art de la parole.

Publié dans FICHES OUTILS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article