(DOC COMPL N°3) LA PREFACE DE RUY BLAS

Publié le par cdflscej.over-blog.com

L'ETUDE DE LA PREFACE DE RUY BLAS PERMET DE METTRE EN LUMIERE L'ENGAGEMENT POLITIQUE DE VICTOR HUGO, AINSI QUE LE RÔLE DES REFERENCES HISTORIQUES DANS LES PIECES ROMANTIQUES

 

 

Avant d'étudier le cours qui va suivre, lisez attentivement et plusieurs fois cette préface.

 

PLAN DETAILLE DE CETTE PREFACE :

 

1. Composition du public, classement des spectateurs en trois classes :

 

- les femmes -> réclament de la passion = émotions ; genre de la tragédie

- les penseurs -> réclament des caractères = méditations ; genre de la comédie

- la foule -> réclame de l'action = sensations ; genre du mélodrame

 

Le drame est la réunion des attentes de ces trois types de spectateurs. Il est surtout le juste milieu entre les deux grands genres de la comédie et de la tragédie, et prend comme référence : Shakeaspeare.

 

2. Le sens du drame Ruy Blas du point de vue de la "philosophie de l'histoire" :

 

- écroulement de la monarchie => "Le royaume chancelle, la dynastie s'éteint, la loi tombe en ruine ; l'unité politique s'émiette aux tiraillements de l'intrigue [...]"

- développement de la corruption => "Chacun se fait, sans pitié pour le pays, une petite fortune particulière dans un coin de la grande infortune publique"

- Abandon des affaires par la noblesse restée honnête. Décadence dans des plaisrs qui la ruine : le gentilhomme, ruiné, devient "un peu aventurier, un peu spadassin, un peu bohémien"

Ces deux versants de la noblesse sont incarnée par Don Salluste et Don César.

- Au milieu de cette corruption et décadence, le peuple : "... on voit remuer dans l'ombre quelque chose de grand, de sombre, d'inconnu. C'est le peuple." Ce peuple n'a pas encore d'existence et d'affiramtion : il est une valeur montante. Il a "sur le dos les marques de la servitude et dans le coeur les préméditations du génie". Ruy Blas incarne le peuple dans la pièce.

- La Reine : "pure et lumineuse créature" qui regarde "en bas pendant que Ruy Blas, le peuple, regarde en haut"

 

3. Autre sens du drame compris du "point de vue humain"

 

- Salluste : l'égoïsme absolu

- César : l'insouciance et le désintéressement

- Ruy Blas : le génie et la passion comprimés par la société

- La Reine : la vertu minée par l'ennui

 

4. Autre sens du drame compris du "point de vue littéraire"

 

- Salluste : le drame

- César : la comédie

- Ruy Blas : la tragédie

 

 

Ces différentes facettes de sens est le signe d'une oeuvre remarquable : "Les oeuvres vénérables des maîtres ont même cela de remarquable qu'elles offrent plus de faces à étudier que les autres".

 

Victor Hugo revient alors sur le sens historique de sa pièce et crée un lien étroit entre Hernani  et Ruy Blas, les deux pièces qui sont reconnues aux deux bouts du nouveau genre du DRAME ROMANTIQUE (1830 et 1838).

 

 

RUY BLAS : une pièce historique qui en dit long sur l'histoire contemporaine à l'auteur au moment de son écriture.

 

Parallèle très clair entre cette fin de monarchie espagnole et la situation en France : Monarchie de Juillet de Louis-Philippe.

Pour Victor Hugo cette Monarchie de Juillet est un gouvernement condamné et il en stigmatise les signes : corruption et décadence.

Sans être encore Républicain (il faut attendre 1848), Victor Hugo est touché par le peuple et en pressent la force. Ruy Blas préfigure ainsi l'autre grand personnage porte-parole du peuple : Jean Valjean dans Les Misérables (1862).

 

Les termes de la préface sont très nets : ils valorisent le peuple et considère ce peuple comme une troisième force politique capable de rendre sa dignité à l'Etat.

 

Dans ce sens il faut relire ma scène 2 de l'acte 3 : "bon appétit, messieurs !". Ruy Blas traversti en Grand d'Espagne donne une leçon magistrale de politique aux Grands rassemblés et qui se déchirent les richesses du pays. L'habit usurpé n'empêche aucune sincérité de la part de Ruy Blas : au contraire il permet de révéler la force de Ruy Blas.

 

Cette force était exprimée dès le début de la pièce, au premier acte, lors de la scène (scène 3 acte 1) de retrouvailles entre Ruy Blas et César, alias Zafari :

Oh ! quand j'avais vingts ans, crédule à mon génie,

Je me perdais, marchant pieds nus dans les chemins,

En méditations sur le sort des humains ;

J'avais bâti des plans sur tout, - une montagne

De projets ; - je plaignais le malheur de l'Espagne ;

Je croyais, pauvre esprit, qu'au monde je manquais..." (vers 313 à 319)

 

 

OUVERTURE : LORENZACCIO D'ALFRED DE MUSSET

 

Alfred de Musset est un autre dramaturge ayant produit des DRAMES ROMANTIQUES, et notamment celui de Lorenzaccio (1834). Comme dans Ruy Blas, il est question d'une résistance à un gouvernement absusif et décadent. Comme dans Ruy Blas, il y aura à la fin l'assassinat de la figure de cette décadence.

Musset et Hugo s'insurgent tous les deux contre un pouvoir politique qu'il faut restaurer, et ils écrivent des pièces visant à la prise de conscience du public.

 

En témoigne la censure que Victor Hugo a dû subir, notamment pour l'une de ses pièces : Le Roi s'amuse (1832).

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article